Le statut « d’Indien »

Depuis 1820, plusieurs lois ont été adoptées pour définir la place des Premières Nations dans la société canadienne.Le gouvernement a adopté La Loi sur les Indiens en 1876. Cette loi définit le terme « Indien » et a enlevé le droit de posséder des biens ou de voter. Un membre d’une Première Nation pouvait cependant devenir un citoyen avec les mêmes droits s’il refusait son statut d’Indien. De plus, les femmes membres d’une Première Nation perdaient leur statut d’« Indienne » en se mariant avec un homme non-autochtone. Cette loi a eu un impact sur les communautés autochtones et leurs familles.

Difficultés économiques

La colonisation et le développement d’industries, comme l’hydroélectricité, utilisaient de plus en plus de terres. Donc, il restait moins de terres pour la chasse. Les nations traditionnellement nomades ont souvent été contraintes de vivre dans des réserves* du gouvernement. Plusieurs communautés ont créé des objets artisanaux qu’ils vendaient dans les villes et aux États-Unis.

Les pensionnats

Le premier pensionnat a ouvert au Canada en 1831. Vers 1905, les enfants autochtones étaient encore obligés de fréquenter des pensionnats ou des écoles de jour gérés par des églises. Le dernier pensionnat n’a fermé ses portes qu’en 1996. L’objectif de ces écoles était d’éliminer les cultures autochtones et d’assimiler les peuples autochtones à la société canadienne dominante. Depuis 2021, le 30 septembre est devenu la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, en hommage aux enfants, aux familles et aux communautés qui ont subi l’impact des pensionnats au Canada.

La création de parcs nationaux et de réserves fauniques

Vers la fin du XIXe siècle, les gouvernements fédéral et provinciaux ont décidé de créer des parcs et des réserves fauniques pour préserver les terres et encourager le tourisme. Les gens étaient obligés de payer pour aller dans ces parcs. Ces parcs sont accessibles aux riches touristes américains et canadiens et se trouvent souvent sur des territoires où les peuples autochtones vivent depuis des siècles.Les populations autochtones n’ont pas pu accéder à la terre pour des activités traditionnelles et de subsistance. 

 En 1895, par exemple, le Parc des Laurentides (aujourd’hui connu sous le nom de Réserve faunique des Laurentides) a été créé au nord de la ville de Québec. À cause de ces coûts élevés, les Innus et les (Hurons) Wendats se sont vus interdire l’accès à leur territoire traditionnel.  Ce n’est qu’après de longues luttes juridiques et politiques que les membres de ces nations ont été autorisés à accéder à ces territoires à nouveau.

* expansion : agrandissement, développement
* nomade : peuple qui se déplace et qui n’a pas d’habitation fixe
* réserve : village autochtone protégé par certaines lois

Piste d’enseignement FLS :

– utilisation d’organisateur textuel (cependant)

Auteur : Service national du Récit de l’univers social. Adaptations par LEARN/RÉCIT